Qu’en est-il du e-Commerce en Afrique ?

ecommerce-renaissance-factory2

Avec la croissance fulgurante de la pénétration d’internet en Afrique, certains acteurs commencent à se positionner sur des activités de vente en ligne.  Les sites e-commerce occidentaux sont bien rodés mais les réalités du terrain en Afrique impliquent des adaptations au contexte local. Quels sont les modèles actuels qui fonctionnent pour l’Afrique ?  Par ailleurs, quels sont les facteurs clés à prendre en compte pour lancer une activité de commerce électronique à destination de consommateurs Africains ?

Olabissi ADJOVI,  fondateur et CEO de la startup OuiCarry, nous en parle sur TechOfAfrica en amont de la masterclass E-Commerce et Delivery en Afrique  organisée par le Club Startup Africa-Paris et qu’il animera.

2015, la bataille du e-commerce en Afrique a commencé.

Après la pénétration complète du téléphone mobile en Afrique, la pénétration d’internet fait son chemin, avec plus de 300 millions d’internautes en Afrique (d’après Internet World Stats). Avec l’image négative associée aux sites internet marchands, qui ne sont pas compris ou pas considérés crédibles pour beaucoup de consommateurs africains, les challenges à relever sont multiples.

D’abord, les modes de paiement, avec un faible taux d’utilisation de cartes bancaires, des clients qui payent en espèces, et le mobile money qui n’est toujours pas démocratisé.

Ensuite, les acteurs panafricains doivent faire face à un marché morcelé en une multitude de pays de tailles variées qui disposent de systèmes douaniers souvent opaques.

Malgré ces divers obstacles, on assiste à une émulation avec des concepts divers et variés qui émergent sur le continent.

Dans le modèle classique B2C, on note l’arrivée récente de Cdiscount, présent au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cameroun, et qui travaillent étroitement avec Bollore Africa Logistics. Sur le terrain, Cdiscount se confronte à Jumia, présent dans une dizaine de pays Africains, et appartenant à Africa Internet Group, la joint-venture entre Millicom, MTN et Rocket Internet.

Le concept des marketplace C2C se multiplie aussi et certaines sont lancées par la diaspora, comme Afrikrea  ou Moonlook. Là encore sur ce modèle, Africa Internet Group est au rendez-vous avec la plateforme Kaymu active dans 17 pays sur le continent.

On remarque aussi l’apparition de sites d’achats groupés, comme Rupu  au Kenya ou UbuntuDeal en Afrique du Sud, tous deux lancés en 2010.

D’autres structures se positionnent en « boites postales », à savoir intermédiaires entre des consommateurs en Afrique et des sites e-commerce occidentaux, comme par exemple Ouicarry  vers le Sénégal ou bien MallForAfrica  vers le Nigéria.

Ouicarry

On assiste en même temps à l’émergence de services de transferts Cash To Goods, dont le principe consiste à permettre à la diaspora de payer en ligne des produits qui sont mis à disposition ou livrés localement en Afrique. Les acteurs comme Afrimarket  ou Niokobok  sont opérationnels sur le secteur.

Avec cette effervescence, on peut imaginer ce que réserve le futur. Sachant que le numéro 1 en B2C, Amazon, a mis 10 ans avant d’être rentable, combien de temps cela prendra t’il à Jumia (déficitaire de 26 millions d’euros en 2014) ?

Quels seront les réactions des champions mondiaux que sont Amazon, Ali Baba et Groupon lorsqu’ils estimeront que le marché africain est mur ? A ce propos, Groupon a racheté en 2011 Twangoo, un copycat sud-africain.

Pour les structures qui vont perdurer, quel sera la place des africains en terme d’actionnariat et de pouvoir de décision ? En effet, chez la marketplace Konga basée à Lagos, le fondateur et CEO est Nigérian, alors que par exemple l’actionnariat de Cdiscount semble rester exclusivement européen.

Pour en savoir plus sur le secteur du e-Commerce en Afrique, rendez-vous le 27 Avril à Paris pour la masterclass sur le e-commerce en Afrique. Les billets sont disponibles ici :  http://www.mutinerie.org/event/master-class-e-commerce-delivery-en-afrique/#.VTQa9ZMl-Ta

Les Objectifs visés par cette Masterclass sont de vous permettre de :

  • Avoir une vision globale de la situation du e-commerce Africain
  • Comprendre comment les modèles actuels s’articulent sur le terrain
  • Tirer quelques trucs & astuces pour le lancement et l’opération d’une activité

Fondateur de TechOfAfrica, Ingénieur IT et passionné des écosystèmes Tech | Blog personnel >> www.liebebat.com

 Laisser un commentaire